Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

Le coin du technicien

Défendre fort, courir et partager la balle

LE TIR

 

Le tir, élément le plus important dans ce sport d’adresse qu’est le basket-ball, est hélas trop souvent négligé. Tentons par le biais de ce billet, d’amener quelques connaissances supplémentaires. Nous sommes sur la découverte de la gestuelle, la priorité reste l’appréhension de la trajectoire de la balle lors du tir.

 

LA POSITION DE BASE.

 

 

  • La base d’appuis.

Il est nécessaire pour développer une gestuelle stable d’avoir une largueur d’appui équivalente à la largueur des hanches. Les appuis restent parallèles en direction de la cible avec le pied fort (droit pour les droitiers et inversement) légèrement devant (juste la longueur des orteils) afin d’avoir tout le corps dans la dynamique du bras.

  • Flexion des jambes, et attitude

Les genoux doivent se situer au dessus de l’avant du pied. Il en découle un avancement des épaules pour obtenir une position allant dans le sens du tir. Ce qui permet aux jeunesde trouver d’avantage de force ainsi qu’une attitude agressive qui correspond d’avantage aux attentes. Cette position doit faciliter la recherche du point de rupture dans l’équilibre. Un petit exercice de sensation: mettez vous bien droit et laissez vous aller légèrement vers l’avant, afin de trouver le point de rupture. Vous en êtes à la limite de passer de l’avant, et vos talons se décollent. Ce travail de ressenti doit être amené aux enfants afin qu’ils ressentent et qu’ils comprennent. Ce point de rupture doit être à nouveau recherché lors de la flexion des membres inférieurs.

  • L’«Armé»La position de la balle:

lien tenue de balle

l’«armé»est une position balle en main, transitoire. Elle nous permets de réagir rapidement dans les différents domaines: le tir, le dribble, la passe. On parle de triple menace.

Les bras et les mains Le coude «fort», celui du shoot doit former un angleà 90°, ainsi que le poignet. Le coude se trouve au dessus du genou «fort».Par la position, la balle se trouve au niveau du menton, mais légèrement décollé du corps (angle à 90° au niveau du coude). Les doigts écartés sont en direction du visage, et il en est de même pour le pouce qui ne doit pas freiner la progression de la balleou «accrocher le ballon lors de la poussée, si sa position est autre.

La main de tir se retrouve donc sous le ballon. La main «faible»ou main d’équilibre,vient se positionner sur le côté du ballon, en guise de contrôle et soutien.

  • Le haut du corps:

la tête, solidement implantée dans le tronc, doit être fixée sur la cible. Cela reste indispensable dans la notion de prise d’information visuelle et la vision périphérique. Dans le principe de l’adresse, plus je regarde la cible tôt, plus j’augmente mon taux de réussite!! La vision périphérique, elle, permet de prendre des informations sur les défenseurs et coéquipiers. Attention à ne pas envoyer la tête en arrière, qui entraîne toujours les épaules avec, et créer un déséquilibre dans l’axe du corps.

Egalement, il est intéressant de créer une dynamique dans la position du corps, en positionnant les épaules légèrement vers l’avant, au-delà des appuis

La montée de la balle.

 

L’étape suivante, après la position «armé», est la montée de la balle, sur la«Plateforme»de tir.

 

Afin de déclancher un tir, qui est une action de propulsion et non de poussée, nous devons mettre en tension le groupe musculaire du triceps, c’est ce muscle qui permet de tendre le bras. Lorsque nous montons le ballon au dessus de la tête (juste au dessus du front), le coude va passer devant, et va être amener à «pointer» le cercle.

Cette action de «montée» de bras ou de balle est accompagnée de la poussée progressive des jambes. Celles çi ne doivent pas être complètement tendues tant que l’action de bras est en cours, sinon cela annulerait le mouvement de poussée, sensé amener la force nécessaire.

La propulsion

 

lien déclancher du tir

Le joueur va chercher à envoyer le ballon vers la cible. Une volonté de faire monter le coude à la verticale est nécessaire afin de donner de la trajectoire au ballon.

Le poignet, et l’articulation du coude sont des éléments clés dans la gestuelle de tir. Une fois que le ballon est fixé sur la plateforme de tir, l’épaule ne travaille pas, ou très peu. Le coude va permettre la propulsion de la balle, le poignet va fouetter le ballon. Le coude, et le poignet pourraient être comparésà un axe de catapulte.

Lors de l’extension complète du bras, il est important de le garder en direction de la cible, avec un coude au dessus des yeux et au niveau du front, afin d’éviter d’avoir un tir trop plat.

Le travail de poignet reste également important où le «coup de fouet» doit donner la rotation au ballon. Cela permet d’amortir le choc du ballon sur la cible, facilité l’évolution du ballon dans l’air, et permet un vrai maintien de la direction.

Une certaine coordination entre les différentes poussées est nécessaire. En effet, dans l’action de tir, les bras ainsi que les jambes effectuent une action afin de donner de la force à l’ensemble du mouvement. Les jambes se tendent dans laverticalité et dans le saut, alors que les bras proposent une action différente, différente des jambes, mais différente également entre eux. Un bras propulse le ballon dans la hauteur, et l’autre équilibre le corps et le mouvement, et accompagne le bras de tir.Les actions des deux doivent être effectuées en même temps afin de proposer une continuité très importante dans la gestuelle. Une gestuelle «saccadée» est inefficace.

 

lien mecanique de tir
lien vidéo apprentissage de base

lien video Toutes les clefs pour apprendre le tir au basket-ball

lien Principes de base du tir – Le tir en suspension

 

En savoir plus sur l'auteur

GARNIER Gaëtan

Commission Techniques et sportives (Invité)